top of page
gestion du stress et des emotions  par l'intelligence emotionnelle

Gestion du stress et des émotions

“Apaiser son stress n'est pas se calmer, mais avoir l'intelligence de comprendre ce qu'il nous arrive. Mettre le vrai mot sur ce vécu est une étape indispensable pour guérir ce qui est blessé en soi.”

                                                                    Fabrice MIDAL

coaching de vie gestion des emotions

Atteindre un état de stabilité intérieure, quelles que soient les conditions ou situations que nous rencontrons est tout autant un challenge qu’un apprentissage.

 

C’est développer la capacité d’accueil et d’écoute de nos émotions, se laisser traverser et guider par les émotions pour découvrir leur sens, le message qu’elles veulent nous donner, car aucune émotion n’est futile ou superflue. Elles ont un rôle bien précis et nous alertent de l’enjeu d’une situation pour notre intégrité.

 

Comment retrouver l’harmonie entre le corps et l’esprit ? Cultiver un système intérieur unifié ? Faire l’expérience d'une emprise émotionnelle pacifiée ? Reprendre la main sur ce que vous vivez en prenant la responsabilité de vos ressentis ? Éviter la surenchère émotionnelle et dédramatiser sans être un hyper régulateur émotionnel ? Découvrir la beauté qui se cache derrière l’émotion ?

 

Je vous propose un protocole d’accompagnement sur quelques séances selon vos besoins pour retrouver votre équilibre émotionnel et gagner en autonomie. 

formation en soft skills

" Hier, j’étais "intelligent" et je voulais changer le monde. Aujourd’hui, je suis sage et je me change moi-même." Rûmi

 

C’est une autre compétence que nous pouvons développer ; savoir vivre nos émotions, savoir les accompagner. L’émotion est source principale de toute prise de conscience, nous apprenons à nous connaître grâce à elles, car elles nous disent beaucoup sur notre mode de fonctionnement.

 

En apprenant à nous mettre en lien avec elles de façon plus curieuse, avec confiance et compassion, à les écouter et à embrasser nos émotions aussi indésirables soient-elles, et c’est le dialogue intérieur qui change. Nous cessons d’être ballotés par une réactivité mécanique, nous restons ancrés avec un cœur ouvert, c’est une force intérieure qui se manifeste par cette part de responsabilité que nous prenons de nos ressentis. 
 

Vos expériences personnelles vous montrent certainement qu’en réprimant ce qui vous tourmente, en rejetant ce qui cherche à s’exprimer en vous, et plus l’émotion gagne en intensité et en puissance. Une surenchère émotionnelle vient ancrer des pensées et des comportements automatiques qui sabotent vos élans de changement, ne vous permettent pas d’oser faire d'autres choix et de vivre de la clarté sur vos propres sentiments et vos histoires émotionnelles.

 

Approchons ce qui se vit en nous avec un cœur ouvert et curieux, avec cette intention amicale de laisser à ces émotions la possibilité de nous révéler leur message, car elles sont porteuses de sens et légitimes dans leur utilité pour notre équilibre psychologique

 

L’idée n’est pas de s’en débarrasser car nous ne pouvons pas faire sans elles, mais d’aller vers une transformation. Faire connaissance avec les voix intérieures qui nous tourmentent, au lieu d’essayer de les faire taire, nous autorise à expérimenter la connexion à notre être profond. Nous pouvons alors puiser au cœur de cet espace intérieur infini, fait naturellement de bonté, de paix et de sagesse intuitive et vivre un alignement qui nous permet d’être au service des autres dans une contribution ajustée.

En dehors d’un accompagnement individuel, je propose des ateliers d’initiation et de la formation professionnelle sur l'intelligence émotionnelle, la communication bienveillante et l’écoute active

 

Je peux vous accompagner dans le développement de soft skills - compétences émotionnelles, comportementales et relationnelles. Nous travaillerons ensemble sur le développement de l’empathie pour vous-même et les autres, l’assertivité, les croyances limitantes, les postures soutenantes face au conflit.

 

Je vous propose des clefs et des outils pour vivre de l'alignement et de l'harmonie dans vos relations personnelles et professionnelles.

“Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l’apathie en mouvement.”

                                                                       Carl Jung

Contrairement à ce que nous pourrions croire, l'émotion n’est pas un ennemi qui nous condamne en nous submergeant de sensations fortes et désagréables, ou en nous ôtant toute liberté d’agir en conscience. 

 

Notre conditionnement socio-culturel, ce qui nous a été transmis par nos figures d’attachement, nos expériences, la manière dont nous avons appris à les vivre nous amènent à assimiler les émotions à de la fragilité, de la faiblesse, peut-être même à un dysfonctionnement  en nous.

 

L’émotion est-elle donc à bannir ? Du moins, celles que nous qualifions de négatives, voire de toxiques. Sommes-nous en train de penser que nos peurs, nos colères, nos moments de tristesse ne sont pas légitimes d’exister ? Et que seules des situations ou événements particuliers les justifient ? Notre colère est acceptable lorsque notre enfant nous a menti, notre peur est justifiée parce qu’il y a un plan de restructuration du service, notre tristesse se comprend parce que nous n’avons pas trouvé l’âme sœur ?

 

La solution serait-elle alors de les gérer comme nous gérons notre carrière, notre argent, notre vie ? 

Quelles stratégies mettons-nous en place pour ne plus être privés de nos moyens et de pouvoir agir en étant au service de nous-mêmes et des autres ? Nous cherchons par des stratégies d’évitement, de lutte ou de repli sur soi à nous soulager et à gérer cette emprise et ce pouvoir que les émotions semblent avoir sur nous.

 

Mais qu’est-ce que l’émotion ? À l’origine, ce terme inventé en France détient un sens politique, sa signification première parle de ‘’désordre social’’, de ‘’révolte populaire’’. Ce mot qui porte une palette riche en couleurs est construit du latin emovere, “qui met en mouvement”.

 

Et c’est exactement ce que nous vivons en permanence avec les émotions, l’idée de mouvement y est centrale ; il y a un mouvement à l’intérieur de nous en réaction à un stimulus ou déclencheur extérieur, nous percevons quelque chose par nos sens et la manière dont nous allons réagir, et ce que nous allons faire de l’information que nous percevons détermine son impact. 

 

L’émotion a donc un rôle utile, elle nous met en mouvement parce qu’il y a une nécessité d’adaptation. Elle nous signale, nous informe qu’elle a repéré quelque chose dans notre système, pour notre bien-être qui peut être menaçant ou au contraire, satisfaisant.

La théorie des trois cerveaux du Docteur Paul Maclean nous montre que l’émotion est indispensable à notre survie. Elle n’est ni positive ni négative, elle nous alerte, nous informe ou nous signale qu’il est en train de se passer quelque chose qui est favorable ou défavorable à notre existence, à ce qui est vivant en nous. Elle est à l’origine de nos pensées et de nos comportements puisqu’elle nous met en mouvement ; l'ignorer c’est continuer à la subir, c’est la laisser s’amplifier jusqu’à ce qu’elle soit reconnue car l’émotion a un rôle déterminant pour notre équilibre. 

 

L’émotion nous fait réagir, mettre en place des stratégies de défense pour nous adapter à notre environnement et assurer notre survie. La peur va nous dire que nous sommes en danger ou face à une menace, instinctivement nous allons fuir et ‘détaler comme un lapin’, ou rassembler toute notre énergie pour combattre, ou nous pourrions aussi être tétanisés, paralysés sur place en “faisant le mort” pour survivre.

 

Ce  processus archaïque, non conscient, instinctif siège dans notre cerveau reptilien qui a engrammé ce mécanisme face à des informations comme n'étant pas “bonnes” pour notre survie. Il est le garant de notre intégrité et veille en permanence à assurer notre existence. Nous faisons l’expérience de perceptions par nos sens, l’information est traitée de façon automatique par le cerveau et l'émotion comme un signal d’alarme nous alerte. C’est le “crocodile”, notre cerveau reptilien, qui prend alors les commandes et enclenche une réaction de défense de la vie, détachée de toute analyse cognitive. L’émotion est donc aussi une réponse qui se déclenche après le traitement d’une information par le cerveau, sans la moindre intervention de la pensée ou de la réflexion.

Le cerveau limbique mémorise les événements en y associant une émotion, joue un rôle dans l’élaboration des comportements (ce qui est autorisé, ce qui est prohibé). C’est le siège des émotions, le dialogue entre le cerveau et le corps qui, lui, réagit en résonance avec ce qui est en train de se passer. La mémoire corporelle se réveille, résonne selon la manière dont notre corps aura été marqué dans une situation donnée. L'émotion est donc aussi un mouvement corporel, elle prépare  le corps à un type de réaction.

Ces émotions comme la peur, la colère ou la tristesse, certes bien que plus difficiles à accueillir, que la joie, assurent un rôle indispensable et spécifique pour préserver notre existence. Elles nous incitent à l’action, les émotions nous poussent à réagir pour retrouver l’équilibre momentanément perdu lorsque l’un de nos besoins n’est pas satisfait

Lorsque l’émotion se diffuse dans notre esprit et devient un processus conscient, le néocortex prend le relais, c’est la source de nos capacités à faire face à des problèmes et à les résoudre en trouvant des solutions adaptées. C’est là que s’opère la maîtrise des émotions, il s’agit d’intelligence émotionnelle, nous sommes en mesure de les décrypter, de comprendre ce qu’elles nous signalent, de prendre du recul. Nous pouvons les utiliser et s’exprimer sans craindre que notre besoin d’appartenance soit piétiné, nous développons des aptitudes sociales qui facilitent une communication plus fluide, une capacité à être dans l’empathie, à réguler les émotions chez soi et les autres. Les réactions instinctives de défense sont remplacées par une capacité d'adaptation aux stimuli extérieurs, les émotions sont intégrées pour faciliter l’analyse et la prise de décision. 

En conclusion, nous éprouvons des émotions pour une raison dont nous ne sommes pas conscients de prime abord et nous ne sommes jamais émus "pour pas grand chose" et "pour rien", les émotions ont une réelle utilité et une raison d'être. Comme dirait le Docteur Catherine Aimelet-Périssol, fondatrice de la Logique Emotionnelle® , “l'émotion suit une logique” et que ce n’est pas “le système émotionnel lui-même qui pose problème”, mais plutôt la perte de notre liberté par la mise en place de pensées et de comportements automatiques qui engendrent de la douleur et où le libre arbitre n’a plus aucun espace d’expression. 

bottom of page